Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
regards

regards

Menu
A tout va.

A tout va.

 

 

 

 

L'Orage silencieux arrivait par le sud en arroi

la voiture garée sur le bord, 

le vent agitait les grands arbres à tout va.

 une orange soculente à la main.

 

Le Touquet, vendredi 29 avril 2011

 

 

5 4882B2

 

 

 

 

Mon Sombre amour d'orange amère

Ma chanson d'écluse et de vent

Mon quartier d'ombre où vient rêvant 

Mourir la mer 

 

Aragon. 

 

 

 

Courbet1

 

 

 

 

Brillante étoile ! Que ne suis-je comme toi immuable,

Non seul dans la splendeur tout en haut de la nuit,

Observant, paupières éternelles ouvertes,

De la nature patient ermite sans sommeil,

Les eaux mouvantes dans leur tâche rituelle,

Purifier les rivages de l’homme sur la terre,

Ou fixant le nouveau léger masque jeté

De la neige sur les montagnes et les landes-

Non-mais toujours immuable, toujours inchangé,

Reposant sur le beau sein mûri de mon amour,

Sentir toujours son lent soulèvement,

Toujours en éveil dans un trouble exquis,

Encore son souffle entendre, tendrement repris,

Et vivre ainsi toujours-ou défaillir dans la mort. 

 

 

John Keats, 1819

 

 

 

Gustave Courbet, Les Amants heureux, 1844