Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
regards

regards

Menu
encre

encre

 

 

 

7000440178 e2f208b48d b

 

 

 

Je suis cet homme


qui te ressemble et te parle de toi. Un homme sans ombre au fonds d'un puits, un homme où se pencher pour boire. Je me suis rempli de tes larmes. As-tu vu combien mes yeux brillent ? Toutes mes pensées sont d'une eau claire. Je n'ai plus guère de temps à perdre. Dans ma mémoire les chiens aboient.

 

Aujourd'hui est une heure étrange. Je chante parfois, et je trébuche. Je lance des pierres au vent. Mon coeur est encore chaud. Un nuage après l'autre, j'ai fait très haut un songe. Mais le bleu du ciel a déteint sur ma bouche. Je ne peux plus parler. Le soir qui tombe oublie mon nom. Il n'y a rien à ajouter.

 

 

 

7127123553 12b9f4b154 b

 


Vivre

 

se teint debout au milieu de mourir. Ma vie n'est pas à moi. Je l'ai compris depuis peu. Je n'en suis que le dépositaire. Je ne la garde pas pour moi, je la dépose sur le papier. 

Pourtant, j'attendrai longtemps encore quelqu'un qui ne viendra plus. L'encre est d'une infinie patience. Depuis toujours, la nuit me creuse. L'encre est une sorte de lait noir. Je garde au bout des doigts ses taches enfantines. J'ai couvert de signes tant de pages déjà. 

 

Après-midi de juillet, devant un thé Earl Grey, elle dit que mon coeur ne vaut pas un clou. Qu'il n'était qu'un coup, de coeur. Qu'il palpite pour rien, en pure perte. Pourtant, de toutes parts l'amour le déborde. 


Ces après-midi de pages blanches lentement noicies dans la chambre où décline la lumière de Novembre. Je ne connais pas d'heures plus précieuses que celles où l'attention prend soin de l'abandon. 

Parvenu au bout de mon âge, je m'en remets à quelques phrases. Ce très peu d'encre que nous sommes : une page à peine, ou juste une ligne avec deux dates, avec un nom. 

 

 

 


 

J'ai appelé " poème " la voix qui me manquait. Le profil de la nuit et ces ombres au-dedans, d'heure en heure plus lègères, de moins en moins distinctes de mon propre corps. Poème, le nom simple de cet assemblage de mots simples qui voudraient remettre un peu d'ordre dans la confusion de nos voix. Poème, ce bruit que fait la vie d'un homme quand on y prête l'oreille, quand il ne semble plus que tout ait déjà été dit, quand nul ne se résigne à n'être que ce qu'il est. Poème, un mot où la lumière attend. 

 

 

Mon amour tourné vers le vide.

 Et la nuit s'étale tout autour. 

 

 

 

 

Jean-Michel Maulpoix, L'écrivain imaginaire.


 

 

 

 

Le Tréport, 5 avril 2012.