coupé à la racine.

par Vincent Desjardins  -  10 Avril 2010, 23:45  -  #L'intérieur.


DSCN0002

 


Ta main était vide,

puis pleine.

Elle écrivait,

elle dessinait dans la nuit des feuilles d’acanthe,

à la recherche d’un large visage.

 

Dehors,

 

Quelques roses d’octobre encore.

Des roses vraiment roses, de peu d’odeur

toutes en pétales, lourdement satinées.

 

Il était important de ne pas se taire.

Les mots étaient essentiels.

 

La couleur rouge des coquelicots

n’était pas la couleur rouge,

Mais la couleur des coquelicots.

 

Une renoncule à peine froissée résistait.

Les yeux se perdaient dans le rideau des arbres.

Tu disais, il faut être distant

des choses et des êtres pour ne pas souffrir.

 

 

1001 coquelicot

 


Intérieurs,

 

Le mot de la nuit.

Il prenait une distance nouvelle,

avec l’odeur du corps qui l’appelait.

Sous ta main ce qui restait

de rouge dans le bleu du ciel.

 

Dire,  

J’aimais la couleur cendreuse

des fleurs séchées,

le blanc cassé, le noir, le gris.

Ecrire,

J’aimais

la tombée de la nuit, l’ombre de l’ombre

et la présence obstinée 

des étoiles.

 

Fermer les yeux.


La nuit se couvrait de branches

et se perdait en abies dans la brume.

Essayer de croire,

que la légèreté, la douceur existent,

à éffleurer tes lèvres.

 

Dans notre regard, le paysage était rare.

 

Restait

l’émotion pure,

 de la nuit

 

 

2 5245.B    

 

Strasbourg, 2008

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :